Should Academics Try Twitter?

Yes. Absolutely. According to this tongue-in-cheek chart. No, but seriously. You absolutely should  — at least — try it.

(Thanks, @amisamileandme for forwarding this chart to me)

At the beginning of August 2016, a Guardian article written by an anonymous PhD student attacked the use of social media for academic work. It was published under the patronising title “I’m a serious academic, not a professional Instagrammer”. It sparked a healthy and very interesting debate on Twitter under the hashtag #SeriousAcademic.

Many academics in various stages of their careers wrote tweets and articles contradicting this article. They mentioned many uses of social media for their work (as well as their social life and entertainment).

One of the most interesting and complete responses I’ve seen came from Jacquelyn Gill, an ice age ecologist at the University of Maine (Thanks, @kevinmarks for bringing it to my attention). Her two-tweet response and the discussions that ensued are worth a read.

Academics with blogs also reacted strongly.

Leigh Sparks (@sparks_stirling) from the Institute for Retail Studies, University of Stirling, offers My Serious Academic Use of Blogs and Twitter. This retail specialist summarizes lessons learned on the usefulness of social media to his career.

Dean Burnett (@garwboy), doctor of neuroscience, comedy writer and stand-up, parodies the original article. Doing so, he offers many links on the problems usage of social media in academia may address with I’m a non-serious academic. I make no apologies for this also on the Guardian platform. Social media provided him with alternative prospects since his field is oversubscribed.

Kevin Gannon (@TheTattooedProf), a history professor at Grand View University in Des Moines, Iowa offers a rebuke to the original article and deconstructs the notion of “serious academic” in I’ve Got a Serious Problem with “Serious Academics”.

Main benefits of a presence on social media for academics put forth by these articles and tweets are:

  • Sharing enthusiasm and supporting each other
  • Adding researchers to your network and create stronger ties which might lead to cooperation opportunities
  • Exchange sources and references which may be useful for research and/or funny.
  • Increase the circulation and readership of your work (books, peer-reviewed articles, blog posts, quotes in the press, etc.)
  • Increase the odds journalists will contact you for stories.
  • Have control of your online image and not depend on your institution’s staff web pages.
  • Using it as a back-channel for conferences and other events to get noticed by participants and organisers.
  • Promoting your field and providing expertise to the general public simply by inhabiting those online spaces and having your exchanges archived. For the Liberal Arts and Humanities, such a presence makes it easier to present our disciplines in a positive light outside of the frame of crisis / being set aside that has been pervasive in the media these last few years.

Social media is only a drag if you try to control too tightly. You have to find and/or define boundaries, yes. However, most academics who report seeing benefits use social media as humans first and foremost because that is how you can connect with people. That’s the charm of social media. Again, don’t take my word for it:

If you do social media like this, you’ll reap benefits and it won’t feel like yet another professional task. Putting on a mask is orders of magnitude more complicated than learn to inhabit those spaces as yourself.

There’s a range of openness, of course. It is a matter of personal style, how visible and likely you feel to attract unwanted attention from racists and misogynists.

One thing is for certain, trying to remain 100% on-brand on social media will exhaust you and make you come across as fake. You should be yourself, inhabit the online public space as best you can and try to be a good online citizen. As long as you let your passion and your expertise shine, you’re on the right track.

Done well, your online presence can be about work, show a bit of yourself and feel genuine while you maintain boundaries that seem clear and healthy to you. Clara Nellist’s Twitter feed is a great example. I follow her because particle physics is cool (and she seems nice). Although we don’t interact directly, her tweets are full of value and the occasional glimpse into her life as a postdoc makes her relatable. Tweets about her travels or some of her outside activities make it easy and fun to connect. For example, learning that she finished the 20 kilomètres de Paris and seeing her proud selfie put a smile on my face.

The more human you are the easier it will be to make genuine connections with other humans. That’s why it’s called social networking. You can find out all about this approach in Stephanie Booth’s one-hour talk entitled “Be Your Best Offline Self Online“. (She helps people get started and manage their online presence in one-to-one and one-to-many workshops. She’s nice and very knowledgeable. I met her through her blog.)

If you feel motivated to start on social media, I would advise you to start with Twitter: Messages are short, it is public by default, there is very little to misunderstand.

The London School of Economics and Political Science published “Five minutes with Patrick Dunleavy and Chris Gilson: “Blogging is quite simply, one of the most important things that an academic should be doing right now” on their IMPACT blog all the way back in 2012.

They also have a Twitter Guide that may be a bit dated as it is from 2011. More importantly though, they have a list of Twitter users active in the Humanities and Arts for you to follow.

Event promoting tweets require forethought, time and a well staffed team

Many event organisers want high-level promotion to raise attendance. They often turn to social media to promote. The tweet below is densely packed with information about “Content Marketing World 2016”. It is designed to entice the @CMIContent account’s followers to register for the conference but also to encourage the featured speaker to promote their talk.

I see conferences use similar communication tactics but seldom as expertly or efficiently as Content Marketing World. This tweet is best-of-class and emulating it is out-of-reach for many conferences. Even though it is an image and a well-written tweet, getting all the information packed in that tweet that much in advance of the event is a real challenge.

Let’s list all the elements we see in the graphic top to bottom and left to right:

  • Conference’s name: Content Marketing World 2016
  • Subtitle used across several social media posts (here, to link them to a successful movie franchise).
  • “I’m speaking!” which denotes excitement at the idea and makes the image especially suited to be shared by speakers themselves.
  • Speaker photo: standardised and square for use on the website and in all other communication.
  • Short version of the speaker bio (which complements the long version that’s on the website).
  • Conference’s logo
  • Conference’s date
  • City in which the conference will take place
  • URL of their website
  • Conference’s hashtag

And in the tweet itself…

  • The speaker’s Twitter handle
  • The hashtag
  • A promotional code (again this entices the speaker to share the post)
  • A short link to the conference website.

Once you have all those elements, it’s rather simple to produce the images either manually in a graphics program or programmatically (if there are many many speakers). Even tweets can be generated programmatically and uploaded into a scheduling tool such as Hootsuite.

The challenge is in assembling all these elements well in advance. It takes forethought, time and a well staffed team. A venue must be secured. Speakers have to be selected and confirmed. Editors have to work with speakers to hone their long biographies, craft the two line biographies, obtain the right picture and the relevant social media handles. You can’t deploy those smart marketing tactics until you have good content to support them.

Boutons d’arrêt d’urgence pour les campagnes de médias sociaux

Les tweets pré-programmés publiés juste après l’attentat de Boston ont été la cible de mouvements de colère. Cela me pousse à me demander s’il ne faudrait pas un bouton d’arrêt d’urgence pour les campagnes de médias sociaux — surtout si elles sont en liens avec des sujets sensibles comme la santé, la sécurité, etc.

D’abord, des pensées et des mots d’encouragement destinés aux personnes touchées et à leur famille ont fleuri sur le réseau social. Rapidement, ces sentiments ont été remplacés par un agacement dirigé contre des comptes qui postaient des tweets promotionnels.

Twitter est, aujourd’hui, à cheval entre un modèle de diffusion de masse et de conversation en temps réel. Les outils de pré-programmation favorisent la logique de diffusion en masse. La nature conversationnelle du web tire les organisations vers un dialogue en temps réel et nous pousse à attendre une certaine sensibilité de la part de nos interlocuteurs.

Tous les outils de programmation de mise à jour gratuits et certains outils payants manquent de souplesse lorsqu’il s’agit de mettre en pause ou de décaler la publication de messages pré-programmés. Le plan gratuit de Hootsuite ne permet pas de suspendre la publication des mises à jour sans les effacer, par exemple. Peu de petites organisations investissent dans un abonnement Hootsuite payant (à tort, sans doute) et les gestionnaires de communauté en ligne hésiteront avant de simplement effacer le fruit de leur labeur.

Lorsque de tels boutons d’arrêt d’urgence existent, comment savoir à quels moments les actionner? Comme le dit Chris Brogan, la violence ne peut pas suffire pour arrêter toute activité commerciale car aucun commerçant ne pourrait plus exercer son activité.

Ainsi, s’il faut établir une liste d’évènements qui nécessitent la publication de contenus en ligne comme les résultats trimestriels ou la sortie de nouveaux produits, ne faudrait-il pas également mettre en place une liste d’évènements qui peuvent interrompre la publication de billets, de tweets et autres?

Nouveaux #blogchat européens

Pour le deuxième mois consécutif, la session de #blogchat pour les Européens a eu lieu aujourd’hui. Il s’agit d’une discussion d’une heure à propos de blogging. Mack Collier, consultant en média sociaux dans le sud des États-Unis, organise ces «chats» depuis 2009.

Tous les intervenants utilisent le hashtag #blogchat et on passe une heure à discuter ensemble. Les tweets défilent si vite! Utiliser un service spécialisé comme tweetchat.com pour y participer est indispensable.

En décembre dernier, Paper.li sponsorisait les sessions hebdomadaires à l’attention des Américains. Elles avaient lieu, pour nous, le lundi à 3 heures du matin. Comme de nombreux Européens, je m’étais levé tôt pour y participer. L’enthousiasme des Européens a donné envie à l’organisateur de mettre sur pied une session mensuelle avec un horaire plus favorable. Ainsi, cette nouvelle session a lieu à 1 h de l’après-midi dans le fuseau horaire médian des États-Unis tous les deuxième mardi du mois. Puisque les Américains sont passés à l’heure d’été hier, l’horaire correspond à 19 heures en Europe centrale.

La session du jour était consacrée aux Calls To Action sur les blogs. Nous avons discuté des raisons qui nous poussent à demander aux visiteurs d’effectuer des actions comme commenter, s’abonner ou acheter nos produits. Il a aussi été question de la manière de le faire le plus gracieusement et subtilement possible. C’était très intéressant et animé. Vous pouvez consulter la retranscription.

Le 9 avril prochain, le thème sera les statistiques de fréquentation. Je suis particulièrement content car il me reste beaucoup à apprendre à ce sujet. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je l’ai proposé. J’espère vous retrouver lors de ce prochain #blogchat!

Catching up on Pinterest

I joined Pinterest roughly two weeks ago. The amount of attention Pinterest got from the start didn’t convince me to join. The commentary seemed enough to understand it. Soon, however, iconography in blog posts began to shift. Editors told me to find catchier graphics to appeal to Pinners. I grew more curious of the service’s specific culture. Its recent round of financing and their open positions boosted my confidence in the future of the service and I joined.

Evren Kiefer on Pinterest

The signup process is great. All you have to do is connect your twitter account, choose five things you like and — boom — you’re in. Simple. Although the second step startled me a little bit. I chose four things I liked and started looking for a next button because I wanted to be as specific as possible. However, the interface wants you to choose five things. I clicked around and my contacts from other social networks got mass-followed. The first few sessions, I had to trim down the selection to get what I wanted.

I wonder how long visitors stay engaged and how often they come back. Since the site doesn’t use seem to use many tricks to keep you on, I guess the average visit is shorter than on other social networks. However, since it is useful and versatile, users probably return at similar rates. If someone has data on that, share in the comments, please.

Like on any versatile platform, finding a precise purpose is best. Otherwise, novelty-seeking becomes a goal in itself. The novelty on tap offered by image-centric services can make hours disappear off your day. From the start, my use was going to be very specific. I’ve always been an amateur of architecture and engineering. This interest of mine got only more acute when building in Minecraft. Posting inspiration sources and documentation to Pinterest seemed the perfect way to put the service to use.

So I started boards around the themes of houses and public buildings which soon branched out into other boards. I soon started following city planning and related boards, users followed me back and introduced me to new boards on urbanism. It is a great learning and networking environment!

Une voie pour introduire les médias sociaux dans les entreprises b2b

Les médias sociaux continuent de faire leur entrée dans les entreprises b2b. D’une part, les employés participent de plus en plus aux réseaux sociaux en ligne. D’autre part, les  clients utilisent les médias sociaux pour en apprendre plus sur leurs fournisseurs. Des entreprises historiquement très protectrices de leur image et réticentes à prendre des risques ont souvent des problèmes pour se lancer de façon convaincante dans des conversations en ligne. Leur premier instinct est souvent d’essayer de traiter les réseaux sociaux comme les autres canaux de communication de l’entreprise en tentant de limiter la participation en ligne des employés. C’est pourtant impossible. Si les réseaux sociaux sont bloqués sur le lieu de travail, cela n’empêchera pas les collaborateurs de les utiliser à la maison.

Il s’agit d’un changement que le rapport “Weblogs and Employee Communication” (Wright and Hinson, 2006) comparent à l’apparition des syndicats à la fin du dix-neuvième et au début du vingtième siècle (via Jean-Christophe Anex). Les espaces en ligne ont leur propre culture. Il importe de négocier leur rencontre avec la culture de l’entreprise pour éviter un choc aux conséquences imprévisibles. Les internautes attendent une voix humaine et une certaine authenticité lorsque vos produits et vos processus sont évoqués. De plus, tout le monde à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise peut parler sur un pied d’égalité avec vous et personne ne peut rien y changer. La solution consiste à amplifier les comportements positifs, rester à l’écoute et abandonner l’idée d’un contrôle total.

Des entreprises de b2b réticentes à prendre des risques et soucieuses de leur image de marque sont parvenues à encourager des conversations très bénéfiques pour l’image et le partage interne d’information. IBM, par exemple, a trouvé le moyen de ne pas laisser son aversion pour le risque freiner son adoption des médias sociaux. Pour le partage d’information interne, l’entreprise s’appuie sur une plate-forme de blog intégrée à leur intranet. Elle n’est pas accessible publiquement et tire partie des mêmes modèles de sécurité et de confidentialité que le reste de l’intranet. Elle permet ainsi d’encourager le partage à l’intérieur de la société sans augmenter les risques. Pour les activités publiques des employés, ils ont mis en place une série de règles et recommandations. Plutôt que d’édicter les règles et de les imposer, ils ont demandés aux blogueurs actifs au sein de l’entreprise de rédiger des règles de façon collaborative. La stratégie d’IBM est bien documentée en ligne, cet article de Business Week, cette présentation d’Andy Piper et cette étude de cas très détaillée de Casey Hibbard, par exemple, vous donneront plus d’éléments.

Leur approche distribuée et ouverte ne peut pas être répliquée facilement. Elle peut notamment sembler trop risquée aux personnes responsables de la communication réticentes à diluer le contrôle de la marque. Une stratégie qui semblera plus sûre et plus gérable pour introduire les médias sociaux dans l’entreprise serait de créer un blog d’entreprise à plusieurs mains dont les billets pourraient être partagés sur les réseaux sociaux. L’enjeu majeur est de créer des contenus adaptés au partage et respectueux de la culture en ligne qui montrent l’entreprise sous un jour humain. Les histoires — quel que soit le média — ont une tendance naturelle à circuler mais souvent les institutions et les organisations n’en tirent pas avantage car les histoires ont du mal à remonter les échelles hiérarchiques. L’ONU a mis en place un programme pour faire remonter les histoires du terrain en distribuant des caméras vidéos à ses responsables de la communication et ses directeurs de mission.

Fedex, une autre marque b2b illustre, a bien compris le pouvoir des histoires. Le blog d’entreprise Fedex en regorge. Leur présence dans les réseaux sociaux est large sans être dispersée. Ils partagent largement les leçons apprises dans le maniement des réseaux sociaux. Pour en apprendre plus, il suffit de visiter le site de leur étude ou de consulter ce billet sur leur sommet médias sociaux.

 

L’opportunité Google Plus

J’entends souvent des amis demander:

«Je suis déjà sur Facebook. Ai-je vraiment besoin de Google Plus ? Et pour quel usage ? Professionnel ?».

Très bonne question ! Google a crée, avec Google Plus, une plate-forme de partage solide qui s’est déjà fait une place dans l’écosystème des réseaux sociaux. Le nouveau service ne se cantonne pas à un seul usage. Vous pourrez créer, dès le début, des cercles de contacts différents pour la famille, les collègues, les connaissances, etc. On peut ensuite les afficher un par un ou tous à la fois. De plus, l’utilisateur a un contrôle total sur la visibilité de chaque publication. Vous pourrez rendre visible un lien à une seule personne, un cercle, ou le web tout entier.

Ainsi, tout dépendra de la structure de vos cercles et de la nature de vos publications. Pour autant que cette distinction ait encore un sens, Google Plus pourrait bien servir pour des contacts professionnels et personnels.

Google Plus, en grandissant, va forcément influencer les autres réseaux sociaux. Ses principaux concurrents sont certainement Facebook et Twitter. Le géant bleu n’a pas de gros soucis à se faire pour le moment. Il n’y aura pas d’exode massif. Dans l’immédiat, l’effet de réseau protège Facebook. Tous mes amis, à de rares exceptions près, ont un compte Facebook et l’utilisent régulièrement. Ainsi, Facebook a plus de valeur pour moi qu’un nouveau réseau dont mes amis sont absents.

Des relations asymétriques

Cependant, il est clair que Google Plus fait des remous dans le monde des réseaux sociaux et oblige Facebook a revoir certains de ces comportements. Google Plus a adopté un modèle de relation asymétrique proche de celui de Twitter. Vous pouvez suivre les publications publiques des utilisateurs sans leur demander leur avis et ils ne sont pas tenus de suivre les vôtres en retour. Jusqu’à présent, Facebook définissait uniquement des relations symétriques. Les liens d’amitié sont établis seulement si les deux personnes donnent leur accord. Dans le cadre de son effort pour pousser ses utilisateurs à être plus public, Facebook a ajouté un modèle de relations asymétriques. On peut maintenant « s’abonner » aux publications des gens sans en faire des « amis ».

Grand salon de partage

Twitter quant à lui, reste un outil de veille incontournable sur lequel il est facile de suivre des centaines, voire des milliers de personnes. Google Plus ne permet pas de suivre des centaines de personnes et des célébrités aussi facilement. Twitter présente les messages dans un ordre chronologique et ne requiert pas de faire attention à chacun d’eux. En revanche, Google Plus classe les messages par importance en prenant en compte les commentaires et les «+1». Les célébrités comme Ashton Kutcher, Britney Spears ou Lady Gaga deviennent donc difficile à suivre sur la plate-forme sociale de Google car les commentaires de leurs nombreux fans font sans cesse remonter leurs publications dans le classement. À cet égard, Google Plus ressemble à un salon de discussion ou une mailing list. Pour que la conversation ait de l’intérêt, il faut que l’équilibre soit maintenu entre les différents participants. Twitter, en revanche, peut être utilisé comme un mégaphone pour diffuser des idées rapidement ou comme une méga-oreille pour faire de la veille à grande échelle.

Google Plus représente une opportunité d’affirmer ses compétences en partageant publiquement des textes, des photos et des liens sans être contraint par la limite de 140 caractères imposée par Twitter. J’ai commencé à l’utiliser pour entrer en contact entres autres, avec des professionnels du web et je compte continuer sur ma lancée. Avec ces quelques indications, vous pourrez expérimenter, vous aussi, sans crainte. Laissez un commentaire qui explique comment vous comptez utiliser le service et l’adresse de votre profil 🙂

Débrancher mon Tumblr et mon Twitter de mon profil Facebook

Jusqu’à hier, je poussais tout le contenu que je créais en ligne dans mon profil Facebook. Mes billets Tumblr et mes mises à jour de statut Twitter se retrouvaient automatiquement sur mon profil. Il s’agissait pour moi d’une façon efficace de créer et de diffuser des liens intéressants et des nouvelles à tous mes contacts. Hier matin, j’ai décidé de débrancher la prise: j’ai coupé le lien qui existait entre mes mises à jour de statut sur Twitter et Facebook, de plus mes billets Tumblr n’apparaîtront plus intégralement dans le fil de nouvelles de mes amis mais seront publiées comme des brèves d’une ligne.

Il m’avait semblé pratique de créer du contenu avec un outil et de le diffuser automatiquement dans les autres. Cependant, je me rends compte en regardant mon profil sur Facebook que cela ressemble à une bruyante avalanche de n’importe quoi. Je ne peux pas être l’homme d’une seule idée ou d’un seul sujet, je change en fonction des jours, des gens avec qui j’interagis et il est néfaste de centraliser toute mon activité en ligne sur mon profil (pour ceux qui veulent avoir accès à l’entier de mon parcours en ligne, j’ai mon compte Friendfeed). Il vaut mieux pour moi, privilégier la qualité par rapport à la quantité et m’adapter aux personnes qui reçoivent et lisent mes messages.

Je me suis rendu compte de cela grâce à la question de la langue. Des amis francophones m’ont dit ne plus faire attention à mes contributions parce qu’elles sont presque exclusivement en anglais. Ma maîtrise de l’anglais me fait pencher vers la communauté anglophone, plus nombreuse sur le web. Ces quelques années au sein du département d’anglais, à ne côtoyer que des personnes bilingues, m’avaient fait croire que je pouvais vivre en anglais sur le web, or en le faisant je me coupe de toute une partie des personnes que j’apprécie.