A few good links, 2016-09-08

We have the day off in Geneva. Here are a few good links…

Theranos’s story shows Silicon Valley is terrible and we should think twice before mimicking it. White nationalism grows fast. The Swiss vote on intelligence and mass surveillance will never work. Yanis Varoufakis wants us to choose Star Trek over The Matrix as the template for our economic and political future. Star Trek politics chronicle the decline of US liberalism, according to Timothy Sandefur. This summary of The Matrix in French is funny, by the way.

Magic might save us all. Peter Bebergal, author of “Season of the Witch: How the Occult Saved Rock and Roll”, talks about magic and music with Marc Maron. Jessa Crispin points out feminism was born out of Spiritualism. Laurie Penny examines links between liberalism and Harry Potter.

And a calming GIF of a crab eating a cherry.

Thoughts on the latest Twitter abuse piece

The Buzzfeed piece about Twitter abuse that makes the rounds since last Thursday proves to be a very interesting read. The way the abuse problem has been left to fester is infuriating. So much so that while reading I took notes. Notes laced with profanity. Here are a few thoughts.

Free speech radicalism is an easy extremist tenet to hold in many ways. First, it is often defended by people who don’t know abuse at all. They, therefore, don’t have to make any sacrifices for this radical belief of theirs. Second, it is — in theory — a steadfast policy that protects the company from liabilities. They can then say that they’re a utility and don’t make content decisions.

It stems, however, from a weird idea of free speech. Free speech is great. I wouldn’t want the government to silence me but I want to be held accountable for the shit I say. Free speech radicals seem to have another definition. To many of them, free speech as being allowed to say whatever you want, often without suffering any consequences. Allowing people to be protected from the consequences of shitty actions and shitty words is not a moral imperative. It creates a toxic environment where a few assholes can police the speech of all the others by unleashing barrages of abuse and threats. It doesn’t help foster more productive debates. Just the opposite.

Yet, once people accept something needs to be done, the search for the ‘perfect solution’ begins… This search lead to paralysis as Vivian Schiller is reported as saying in the piece. Extremists always ask for a perfect solution before letting go of their own problematic one. Always seeking to swap an extremism for another. But that’s not how the social space works, that’s not how humans function and communicate. There needs to be moderation in every sense of the word. We need kind and intelligent judgment calls and concessions. There needs to be consistency obviously but no solution will ever be perfect.

Jack Dorsey is quoted as saying “No employee should ever be in the position of having to decide, subjectively, what qualifies as free speech and what does not”. This makes me doubtful that this problem will ever be mitigated. It will always come down to human judgment whether the judgment of a moderator or the judgment of an engineer designing an algorithm. Stress cases will always arise where the meaning of free speech will need to be discussed. Putting the burden completely on the users to moderate is again non-committal safe in the sense that investors might not punish the company and it won’t unleash lawsuits but it won’t fix the problem that for a vast majority of users, being on Twitter is very tiring work, an energy drain and often even a safety concern.

Large organizations all have things they’d rather not discuss (*cough* web governance *cough*), power struggles they’d rather not address, ambiguities that are preserved even if they hurt the business because it is believed that somehow these discussions would never end and distract everyone. I firmly believe leaders should encourage these discussions nonetheless. Especially in this case.

 

Reading “On Being an Unemployed Arts Graduate”

Reading “On Being an Unemployed Arts Graduate“, I tend to agree with the diagnosis. Humanities departments should be less ambiguous about their raison d’être. However, you can’t exempt the graduates and the corporations that fail to hire them of any responsibility so easily. Not seeing exactly what something is or what it’s for and pushing through nonetheless is a useful and beautiful thing. It requires a lot of grit, willingness to make mistakes and learn from them.

What I find most disheartening in this article is the focus on monetary value and individualism (and the self-helpy vibe). Therapy and individual well-being can’t be the sole purpose of Humanities. If we go down that path in reorganising universities, we will encourage creeping individualism.

Colleges have also community missions: they help cities/states govern themselves, by informing and educating citizens. Humanities have a lot to offer in the domain of the political and the communal.

  • Urbanisation is rampant: how do we make inclusive cities?
  • Innovation is faster: how are we relating to technology?

Still Alive and Well

So, it’s been a while since I’ve written something here. Yesterday, I read something by Paul Ford and I went to bed early thinking: “I could have written”. Weird dreams featuring prolific over-achievers, writers and entertainers ensued. Therefore, guilt was inevitable in the morning.

But it prompted this post… so what could there be to complain about?

Since WordCamp Switzerland in Zürich (where I had written my last posts), I went to UX Lausanne. Great notions and ideas were thrust in our consciousness by kind and knowledgeable people there. So much so that live-blogging or even tweeting was almost impossible to pull off for me.

Bonny Colville-Hyde, whose UX Comics workshop was surprising and fun, did a great job of blogging her notes. The videos of the talks have also been released. I hope the organisers put the conference together again.

In the meantime, tickets were booked for Confab Europe in Barcelona. It’ll be my third and most probably last conference of the year. Can’t wait to be there and then.

Content Strategy Reading List

Merci, Vendredi.

Comme ne disait pas ma grand-mère: «Vendredi, c’est JJ Cale et au lit». Bon week-end #back2blog!

Recherches d’emploi après des études de Lettres

Depuis le 29 novembre 2012, je participe à un blog intitulé «après les Lettres». Ce blog à huit mains est organisé et hébergé par le centre Uni-Emploi de l’Université de Genève. Trois autres étudiants en Lettres et moi écrivons chacun un billet par semaine pour chroniquer nos recherches d’emploi. Pour nous guider dans nos démarches et nous permettre d’émailler nos billets de conseils utiles, nous avons la chance d’être suivi par deux spécialistes de l’intégration professionnelle: Chantal Meyer et Jérôme Favoulet.

Ce projet s’inscrit dans une optique plus large de mise en relation d’étudiants en Lettres, d’entreprises et d’organisations. Nos formations sont souvent mal connues par les employeurs potentiels et nous avons souvent du mal à identifier les compétences qui nous rendent désirables pour les recruteurs. Les 11 et 12 décembre 2012, Uni Emploi et l’Association des Étudiants en Lettres organisaient conjointement un forum tourné vers les débouchés des études de Lettres.

Le résultat est déjà prometteur. Chacun des quatre rédacteurs du blog a un style et un regard différent sur la problématique de l’insertion professionnelle. De plus, nous en sommes tous à des stades différents dans notre parcours. Alors que j’ai fini mes études, d’autres vont rester étudiants encore quelques mois ou quelques années. Ce mélange donne un intérêt et une profondeur particulière à notre blog.

Liste de lecture sur le futur du journalisme

Cette semaine, la liste de lecture concerne les ajustements économiques et organisationnels dans les médias. Le financement du journalisme est un enjeux majeur alors que la transformation du secteur de l’édition continue en 2013.

Un parallèle historique fécond

Anna Wahrman (@wahrman), consultante en édition et gestion de publication, fait un parallèle entre les fermiers de la grande dépression américaine et la situation actuelle des médias. Cet article bien qu’un peu déprimant peut amener des réflexions intéressantes. Les fermiers des grandes plaines américaines réussissaient à survivre et à s’adapter jusqu’à ce que la grande dépression et le bassin de poussière ne chamboule tout. Comme les fermiers, les rédacteurs tentent de produire toujours plus pour compenser. Malheureusement, tenter de produire toujours plus créé une suite de conséquences souvent désastreuses.

Des pistes pour le futur

«Comment construire un future pour le journalisme post-industriel ?» de Mathew Ingram (@mathewi), rédacteur expert des médias pour GigaOm, résume et commente un rapport pointant du doigt des solutions pour réformer le journalisme en utilisant d’un côté le crowdsourcing et de l’autre des algorithmes et des machines. Les journalistes devront s’appuyer sur ces outils pour traduire, vulgariser et raconter.

Les revenus publicitaires continueront à décliner et les abonnements et restrictions d’accès ne pourront pas compenser la perte de revenus des éditeurs dans la majorité des cas. Les éditeurs deviendront ainsi plus petits et de nouveaux producteurs d’informations non-conventionnels devraient émerger.

Malgré un modèle économique mis à mal, l’écrit se porte bien

Dans un article «feel good» pour Esquire, Stephen Marche (@StephenMarche), écrivain canadien, annonce l’âge d’or de l’écriture de roman comme de l’essai et de l’article de magazine. La concurrence fait augmenter la qualité des magazines. Les liseuses électroniques augmentent le nombre de livres lus. Les auteurs, eux, font oin-oin et se sentent mal. Il n’y aurait pas de quoi d’après l’auteur de l’article.

Lectures du week-end, 9 nov. 2012

Je vous propose, comme la semaine passée, quatre ou cinq liens choisis dans mes lectures de la semaine écoulée.
  • Karen McGrane, stratège de contenu et grande pédagogue, est interviewée par Mike Monteiro et Leah Reich dans Let’s Make Mistakes — un podcast de design. Ils évoquent la sortie de son livre intitulé “Content Strategy for Mobile”.
  • Suw Charman-Anderson, spécialiste de l’auto-édition entre autres, parle de la réaction d’Amazon face au scandale des faux avis de clients laissés sur les livres. Leur solution implique d’empêcher les auteurs et les éditeurs de donner leur avis sur les livres. Lorsque leurs décisions de retirer des commentaires sont mises en causes, ils menacent de retirer de la vente le livre sur lequel le commentaire a été laissé.
  • Comment le Huffington Post modère et valorise plus de 70 millions de commentaires par année. Jeff Sonderman signe cet article pour Poynter.org. Julia — l’intelligence artificielle linguistique du HuffPo — permet d’aider les modérateurs à éliminer les mauvais commentaires et aussi à mettre en avant les commentaires les plus pertinents. L’article évoque les points forts de Julia mais aussi ses faiblesses en ce qui concerne des subtilités émotionnelles. Très intéressant.
  • Derek Powazek, spécialiste de la gestion de communauté et de l’édition distribuée. annonce le lancement de son nouveau projet: Cute-fight.com. Deux utilisateurs mettent en compétition leurs animaux de compagnie. D’autres utilisateurs votent alors pour désigner le plus mignon. Le billet d’annonce de la sortie de bêta est le dernier d’une très bonne série dans laquelle il livre son opinion et ses sentiments sur les startups.

Lectures du week-end, 3 nov. 2012

La liste de lecture de la fin de semaine… sent la panne d’inspiration pour cette cinquième journée du défi «10-Day Back To Blogging». Tous ces liens que je partage avec des annotations sommaires ou sans annotations sur les réseaux sociaux méritent bien cette attention.

  • Dans son «A dialectic on cute», Elizabeth McGuane se demande quel ton employer dans la communication. Un certain ton de proximité et d’enthousiasme s’insinue partout des blogs de start-ups californiennes jusqu’au dos des paquets de soupe. Ce ton censé, au départ, être un moyen de se distinguer devient la norme et une forte tendance à l’hyperbole s’installe. Elle appelle à se méfier de cette tendance et considérer le ton d’une marque comme un élément de design qui peut donc être testé avec les méthodes de l’expérience utilisateur.
  • Avec «I cannot design or code a responsive website», Nick Jones parle de l’influence paralysante des conseils et des ressources de design. Les praticiens du design ont des exigences élevées par rapport à eux-mêmes parce qu’ils ont accès à toutes sortes de ressources pédagogiques en ligne. Cette pression ralentit l’adoption de nouvelles techniques. Ils tardent à se mettre au «responsive design» par peur de ne pas assez bien faire. Bien sûr, ce constat ne s’applique pas uniquement au design et au développement web.
  • Steven Levy écrit, pour Wired, «Google Throws Open Doors to Its Top-Secret Data Center» (Google ouvre grandes les portes de son centre de données top-secret). Cet article traînait dans ma liste de lecture depuis sa publication. Google doit faire croître ses infrastructures. L’entreprise est engagée dans une amélioration constante de ses centres de données pour économiser de l’énergie et de l’argent. Ils construisent leurs propres serveurs depuis un moment déjà. Peut-être créeront-ils même un jour leurs propres processeurs…
  • Un très bon article sur l’un des plus grands sites de nouvelles sportives américain: Bleacher Report. «Top 5 Ways Bleacher Report Rules the World!» (Les 5 manières dont Bleacher Report contrôle le monde) de Joe Eskenazi est un long article très fouillé . Il nous apprend, entre autres, comment fonctionne le processus de travail dans cette «rédaction» native du web: une équipe aidée d’outils sophistiqués définit des mots-clés qui deviendront populaires deux ou trois jours plus tard, des éditeurs en font des titres racoleurs, puis une armée de volontaires écrivent des articles pour justifier ces titres. Les volontaires qui amènent le plus de trafic reçoivent des badges et grimpent dans la hiérarchie jusqu’à finalement gagner un peu d’argent.