Categories
Content Strategy

De la difficulté d'articuler des buts pour les projets de communication

Il est souvent très difficile de parvenir à l’articulation d’un objectif pour un projet comme un site web ou une campagne réseau sociaux. La communication dans ces médiums est encore trop souvent vue comme un travail d’emballage et de transport: un souci technique — de l’IT. Ainsi, la question des objectifs semble absurde. L’objectif est que le monde entier vienne lire nos news supers intéressantes sur notre site et nos profils de réseaux sociaux. On va emballer ces trucs et les envoyer par Internet à tout le monde. Cette façon de voir les choses est aisée. Elle permet de refiler le truc à envoyer au technicien et de ne plus s’en occuper.
Or, cela place les praticiens que nous sommes face à un problème. Pour pouvoir bien faire notre travail, il faut que nous comprenions: et le public visé, et les buts poursuivis. D’une part, il convient de définir un public ciblé car il est fort peu probable que nous ayons les moyens de nous assurer l’attention de “tout le monde”. D’autre part, même si nous l’avions, qu’en ferions-nous alors? Que dirions-nous si un stade tout entier nous écoutait fébrilement?
Souvent, nous recevons le conseil de demander le “pourquoi” des choses. Cependant, si nos interlocuteurs pensent effectivement que la communication est une affaire d’emballage et de transport, nos questions risquent d’être accueillies par l’incompréhension et l’agacement.
Il convient de demander des réponses candides. Souvent, nos interlocuteurs ont besoin d’être rassurés. Nous devons donc biaiser et trouver des stratégies pour poser nos questions. On assurera, par exemple, que le supérieur ne connaîtra pas les détails et que les propos ne seront pas rapportés tels quels et surtout pas attribués. Montrer qu’elles ne portent aucun jugement ni même une remise en question de la gestion du projet et de l’autorité du patron est parfois difficile. Aussi bien celui qui pose les questions que celui qui les accueillent devrait comprendre qu’elles permettent au designer, à l’architecte de l’information, au stratège de contenu… enfin au prestataire de service dans la communication de mieux comprendre et donc d’apporter plus de valeur et une réflexion plus aboutie.