Élégie pour Google Reader

Google Reader va s’arrêter le premier juillet 2013. Cette nouvelle m’a mis de méchante humeur. C’est pô juste.

On dira qu’il y a «pleins d’autres agrégateurs» mais aucun n’a les mêmes fonctions très pratiques. Les raccourcis claviers de Google notamment s’impriment profondément dans le cerveau. Le fait de marquer les articles comme lu lorsque l’on scrolle est une fonction que je n’ai jamais réussi à trouver dans d’autres produits jusqu’ici.

Bien sûr, le nombre limité d’utilisateur et le fait que l’aggrégateur n’offre pas de source de revenus à l’entreprise expliquent cette décision. L’agrégateur n’est ni un projet de science-fiction comme Glass ou les voitures autonomes, ni un projet d’importance stratégique comme Android et encore moins une vache à lait comme AdSense. Cette nouvelle reste très frustrante et inquiétante.

L’arrêt de Google Reader a une portée symbolique. Le service permettait de montrer l’importance que Google accorde à la sauvegarde de RSS en tant que protocole ouvert et libre. Les grands acteurs comme Twitter et Facebook ont depuis longtemps abandonné les flux RSS. Si Google fait de même, que va-t-il advenir de ce format?

Même si l’industrie se tourne vers les «rivières d’information» où la sélection des sources est algorithmique comme le NewsFeed de Facebook, un service d’agrégation «bête» montrant les articles des sources que je sélectionne moi-même et, surtout, qui me les montre tous offre de la valeur pour faire de la veille.

D’après Google, la pétition #SaveGoogleReader restera malheureusement sans effet. Il est temps d’exporter sa liste de flux et de chercher refuge ailleurs. Google Reader, tu nous manquera.

2 commentaires

  1. Claire · mars 14, 2013

    J’aurais pô mieux dit ! *snif*

  2. Ping : “Read Later” Buttons and Overflowing Buckets | Evren Kiefer

Les commentaires sont fermés.