Joyeux Anniversaire, Creative Mornings Geneva!

Le chapitre genevois de Creative Mornings fête son quatrième anniversaire ce mois-ci. Quatre ans déjà que cette équipe de personnes adorables propose des petits-déjeuners, présentations et rencontres mensuelles à Genève. Tout ceci a commencé dans la ville de New-York en 2008 à l’initiative de Tina Roth Eisenberg (aussi connue sous le nom de Swissmiss). Elle a décidé d’organiser des conférences matinales accessibles et gratuites dans son quartier. Son idée a rapidement essaimé. Aujourd’hui, 144 villes à travers le monde ont des chapitres locaux organisés par des bénévoles. Genève a la chance d’en faire partie.

J’ai été un lecteur de Swissmiss et un spectateur des vidéos de ses conférences avant le début du chapitre genevois. Naturellement, lorsque le chapitre genevois a commencé, j’étais très heureux. Cela coïncidait avec ma sortie de l’Université. J’avais bien besoin de rencontrer des jeunes professionnels de différents horizons et cette communauté m’a accueilli à bras grands ouverts. J’ai eu la chance de pouvoir participer à presque tous les petits déjeuners et rester fidèle à ces événements même après avoir trouvé mon emploi actuel. Les organisateurs sont vraiment supers. Toutes ces opportunités d’apprendre et de rencontrer des gens m’emplissent d’une immense gratitude.

Cet anniversaire est l’occasion idéale pour moi de proposer une courte sélection de quatre conférences qui m’ont marquées:

Je me réjouis beaucoup de continuer à aller tous les mois au Creative Mornings Geneva. Si vous n’êtes pas encore venus, j’espère que vous pourrez vous libérer pour venir la prochaine fois…

Merci encore aux organisateurs. Vous êtes géniaux!

Adieu ThinkUp

sad-pony

Hier soir, j’ai appris avec tristesse la fin annoncée de ThinkUp. Anil Dash, co-fondateur de cette entreprise avec Gina Trapani a expliqué les raisons de cette fermeture sur Medium.

ThinkUp permettait de recevoir des informations sur son utilisation des réseaux sociaux sous formes de petites capsules digestes comme “Evren a utilisé des points d’exclamation dans 133 tweets au cours du mois écoulé” plutôt que sous formes de graphiques difficiles à interpréter.

Malheureusement, ce genre de service repose entièrement sur les APIs des grands réseaux sociaux. Les APIs permettent de récupérer des données depuis les réseaux sociaux pour les traiter. Les grandes entreprises qui les gèrent, font régulièrement des changements dans ces APIs — parfois pour des raisons techniques et parfois pour décourager les développeurs de créer des clients alternatifs.

Au plus beau jour de ce service, on pouvait recevoir des observations pertinentes sur notre utilisation de Twitter, Facebook et Instagram. Facebook et Instagram ont récemment fait des changements importants et assez restrictifs à leurs APIs. Twitter se prépare à en faire aussi.

Comme l’explique Anil Dash dans son billet, ces modifications entraînent des surcoûts de développement imprévisibles. Le nombre d’abonnés n’étant pas assez important pour absorber ces surcoûts et les repreneurs potentiels étant inquiets de buter sur les mêmes problèmes, le service sera arrêté le 18 juillet prochain.

Cela me pousse à me demander si on peut compter sur les APIs des géants du web. On est, au moins, obligé d’admettre qu’il faut des poches profondes pour pouvoir suivre leurs évolutions parfois brusques. Cela rend, évidemment, difficile la survie de petits projets financés par l’abonnement et qui se refuse à afficher de la pub ou vendre les données aux annonceurs. Je me réjouis de voir les co-fondateurs écrire à ce propos.

Je tiens à profiter de cette occasion pour remercier encore une fois très chaleureusement Gina Trapani et Anil Dash pour avoir créé et maintenu ThinkUp. Merci infiniment. Et bonne chance pour leurs projets futurs.

Cette annonce de fermeture me fait prendre conscience, encore une fois, à quel point il est important de sauvegarder le web ouvert et indépendant. Les technologies standardisées et ouvertes permettent, seules, l’émergence de ces projets cools. Bloguer sur nos propres sites, avoir nos propres flux RSS, … est très important pour garder ces technologies et ces usages vivants.